Le Chantier du Guip - novembre 2012

Le Guip au Nautic. 

Le Guip prend ses quartiers d’hiver à Paris sur l’espace du Conseil général du Morbihan au Nautic. Des responsables du chantier de Brest, de Lorient et de l’Île aux Moines seront présents sur toute la durée du Salon. Les visiteurs pourront admirer une jolie maquette du Guépard au 1/10ème, ce dériveur traditionnel construit par le chantier de l’Île aux Moines qui en a produit 56 unités.
Du 7 au 16 décembre – Hall 1 – Allée H – Stand n°90.


Tonnerres de Brest 2012 : opération réussie


Moment fort lors de l’inauguration des Tonnerres de Brest, le 13 juillet : la mise à l’eau de La Fée de l’Aulne, une gabare sablier de 200 tonnes, entièrement rénovée par les charpentiers du Guip. Cette rénovation a été rendue difficile par de très mauvaises conditions météo. Mais le pari a été tenu, le chantier du Guip a parfaitement respecté les délais. Il en a été de même avec Le Saint-Guénolé, coquillier de la rade de Brest, remis à l’eau le même jour, et avec Biche, le dernier grand thonier à voiles de l’île de Groix, restauré à Lorient, et qui a retrouvé la mer le 22 juin. Les trois bateaux étaient amarrés côte à côte lors des fêtes maritimes. Autre point d’orgue de ces Tonnerres de Brest : les 20 ans de La Recouvrance, la goélette aviso emblème de Brest, qui fut le premier bateau construit par les charpentiers du Guip, quai Malbert.

 

La saga des Runa continue


Après avoir entièrement restauré en 2011 Runa IV, un yawl aurique de 1918, le Guip de Brest s’est vu confier Runa VI, un cotre aurique de 1927, dessiné par Gerhard Rønne, l’architecte danois qui a fait construire sept Runa. Six de ces fiers yachts classiques existent encore. Runa VI a été retrouvée en assez mauvais état dans le sud de la France et le Guip procède actuellement à une restauration globale de la structure axiale, des bordés et du pont. Son grand frère, Runa IV, a également repris le chemin du Guip pour son entretien d’hiver, après avoir brillé aux Voiles de Saint-Tropez, terminant deuxième de sa catégorie. Ils seront remis à l’eau en même temps pour la Semaine du Golfe, début mai 2013, où, bord à bord, ils offriront un superbe spectacle.

Un bateau-lavoir ou l’art de la restauration fluviale


Le chantier du Guip a remporté récemment un appel d’offres pour la restauration d’un bateau-lavoir, Le Saint-Julien, basé sur la Mayenne à Laval. Construit en 1904, ce bateau cessa son activité en 1971 et fut classé monument historique en 1993. Il est composé d’une barge de 28 mètres de long et de 5 mètres de large, dimensions qui lui permettaient de passer les écluses. Cette barge supporte un bâtiment en bois qui abritait les chaudières et les cuves, alimentées par des pompes puisant l’eau de la rivière. Les bateaux-lavoirs disposaient même d’un appartement pour loger leur capitaine ! Le Saint-Julien sera transporté en convoi exceptionnel de Brest, début 2013, ce qui promet une belle affluence quai Malbert. Les charpentiers du Guip restaureront entièrement la barge qui sera constituée d’un double bordage en chêne, avec une feuille de goudron entre les parois et remettront en état la superstructure qui la surmonte.

Le dernier bateau de François Sergent au Guip

Tous les passionnés de mer connaissent François Sergent, architecte naval disparu en 2000, qui a fait les plans de superbes voiliers classiques, des petits comme le Loctudy, toujours construit 50 ans après, ou des grands comme de nombreux cruiser-racers de la jauge RORC…  Il a aussi réalisé les plans de bateaux métalliques à bouchains et ceux des premières biquilles françaises. Le dernier bateau de François Sergent, Gwalarn, un cotre Marconi en bois moulé, est en réparation au chantier du Guip suite à une avarie.



Liste des actualités